Intuition

La semaine dernière, malgré l’engagement pris avec moi-même d’écrire un blog post par semaine, je n’ai pas eu d’inspiration.

Elle a été étouffée par l’actualité qui est la nôtre, et qui nous a tous submergés.

Ce n’est pas que je n’avais rien à dire.

Ceux qui me connaissent bien savent que ce n’est pas près d’arriver ! Pour paraphraser Coluche (décidemment une de mes grandes sources d’inspiration !) « J’ai des avis sur tout et surtout des avis ! ».

Bref.

En fait, j’ai suivi ce que je sentais, ou ce que je savais : ce n’était pas le bon moment pour moi d’écrire quelque chose.

Mon intuition, en quelque sorte.

Et aujourd’hui, c’est de cela que j’ai envie de vous parler : comment j’ai appris à vraiment écouter ce que je « savais » sans savoir comment je le savais.

Non, ne vous arrachez pas les cheveux parce que cela vous semble incompréhensible !

Ce que je veux dire, c’est que ces intuitions s’imposent à moi, et j’ai le sentiment de « savoir » des choses auxquelles je n’ai pas réfléchi plus que ça…

Bon, ce n’est peut-être toujours pas clair, alors prenons des exemples.

J'aime apprendre de nouvelles choses et je suis toujours à l’affût de de nouvelles idées.

C'est pourquoi je guette les webinaires et téléconférences sur les différents sujets qui pourraient m'intéresser, cela va du marketing pour développer son business et sa clientèle, au développement personnel, en passant par le travail énergétique. Je suis assez éclectique !

Les Américains sont très forts au petit jeu du webinaire gratuit, soi-disant plein d'infos inédites, qui est en fait un bon moyen de vous avoir dans leur mailing list pour vous inonder ensuite de propositions commerciales toutes plus alléchantes (en apparence !) les unes que les autres.

Personnellement, cela ne me dérange pas plus que ça, c'est une façon de faire du business, même si ce n'est pas la mienne, sachant qu’il y a toujours la possibilité de se désinscrire de leur liste de diffusion.

Et pour ma part, quand j'ai reçu 3 ou 4 mails par jour pendant une semaine ou deux, m'invitant à profiter d'une « opportunité-jamais-vue-et-qui-ne-se-présentera-plus-jamais-agissez-aujourd'hui-avant-minuit », je me lasse et je me désabonne.

Mais mon propos du jour n'est pas là.

Malgré tous ces "déboires", je continue à m'inscrire à de nouvelles téléconférences, en espérant trouver des infos vraiment intéressantes et inédites. Je suis optimiste, j'y crois toujours ! !

Et j'ai raison, parce que parfois, il y a vraiment de bonnes idées.

Pas à chaque fois, mais suffisamment souvent pour que je recommence ! Et puis c'est un bon moyen de découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux outils et de nouvelles techniques, qui vont ensuite enrichir ma pratique professionnelle. Cela fait partie de ma formation continue…

Mais c’est vrai que j'ai un peu tendance à faire « feu de tout bois » !

Ainsi, il y a quelques temps, j'ai vu une annonce sur Facebook pour un webinaire organisé par une américaine, qui proposait d'aider les personnes intéressées à mieux utiliser LinkedIn.

Comment trouver de nouveaux clients est une préoccupation récurrente, je me suis dit que je pourrais peut-être glaner quelques idées utiles.

J'ai raté le début du webinaire de quelques minutes, mon ordi ne voulant pas se connecter (était-ce un signe ?) Je n'ai pas entendu l'animatrice se présenter et j'ai pris le train en route.

Et en entendant sa voix, forte, rapide, très décidée, presque agressive, j'ai froncé les sourcils. Je n'aimais pas sa façon de parler.

J'ai tout de même continué à écouter pendant quelques instants, « pour voir » mais plus le temps passait, moins ça me plaisait : le ton de voix, le choix des mots, la façon de commenter les diapos, j'ai commencé à grincer des dents, et à carrément détester ça.

Alors j'ai réalisé que son énergie était totalement incompatible avec la mienne, qu'elle était dans la force, la persuasion, voire l'intimidation : du genre c'est comme cela qu'il faut faire et si vous ne le faites pas vous ne réussirez jamais !

Pas d'ouverture, pas de discussion, c'est « marche ou crève ».

« Oh la Bijou, du calme ! » comme disait le paysan de ma Normandie natale à son cheval qui s'emballait.

Ou comme dirait ma fille, Laura, aujourd'hui : Alors la Madame, ça va pas le faire !

J'ai vraiment eu un mouvement de recul, voire de rejet, devant tant de force et de mise sous pression. Pas ma façon de faire, c’est sûr !

Alors, j'ai fait appel à la magie de l'informatique : j'ai fermé l'onglet de la conférence, l'horrible voix s'est tue, et je suis allée illico me désinscrire de la liste de diffusion de la dame en question.

Bon, on pourrait dire que c'était un coup pour rien.

Mais je ne le pense pas. C'était en fait un « coup pour beaucoup ».

Oui, j'invente de nouvelles expressions, j'aime bien !

Parce que passé le « premier choc », j'ai écouté mon intuition qui me disait ce n'est pas pour toi ça, ce n'est pas ce qu'il te faut.

D'ailleurs si je veux être tout à fait honnête, je l'ai su dans les toutes premières secondes, quand j'ai entendu la voix de la conférencière, et qu’elle m’a fait grincer des dents. J'aurais pu arrêter là, tout de suite.

Mais une autre petite voix m'a dit : Essaye au moins, tu as le droit de ne pas aimer. Comme dirait ma très chère amie cinéphile, Anne : il faut laisser sa chance au produit ! Réplique culte tirée d’un film que j’aime beaucoup

Bon je m’égare un peu là (oui, encore !)

Donc j'ai persisté un moment, mais je n'ai eu que la confirmation de ce que j'avais senti dès le début, et j'ai arrêté.

En d'autres termes, j’ai écouté ce que je savais. J'ai écouté mon ressenti. Il ne se trompe jamais.

Il nous parle à tous, mais nous ne l’écoutons pas toujours, nous laissons l'intellect, le raisonnement ou ce que nous disent les autres, prendre le dessus.

Pour en général le regretter plus tard.

J'ai rencontré tant de gens qui m'ont dit qu'à chaque fois qu'ils n'avaient pas écouté leur intuition, ou leur ressenti, ils s'en étaient mordu les doigts. A commencer par moi.

Cela m'est arrivé plusieurs fois lors de formations, de rencontrer un des stagiaires pour la première fois, et de me dire oh, oh, voilà quelqu'un qui va poser problème. Et malheureusement pour moi, je ne me suis encore jamais trompée à ce sujet.

Je dis malheureusement, parce qu'ils m'ont vraiment donné du fil à retordre avant que je ne me décide enfin à leur demander de quitter la formation. Oui, je dois l'avouer, à chaque fois, j'ai attendu trop longtemps, j'ai voulu leur laisser une chance, mais ça n'a pas marché.

J'aurais pu m'éviter des déboires si j'avais écouté mon ressenti du premier instant, surveillé de près et réagi et recadré au premier faux pas, au lieu d'attendre le dixième...

Oui, notre intuition, nous parle dans toutes les circonstances de notre vie.

Par exemple, quand je vais au cinéma (bon, pas en ce moment, certes, mais en d’autres temps), ou que je regarde la télé, je sais dans les 5 premières minutes (pas les 5 dernières !) si ça va me plaire ou pas.

Ainsi, il y a quelques années, je suis allée voir un film, dont je tairais le nom ( par respect pour le travail des acteurs qui faisaient ce qu'ils pouvaient !) et j'ai senti / su dans les 3 premières minutes que ça n'allait pas le faire.

Bon, j’aurais pu me méfier, j’étais toute seule dans la salle ! Mais pour ma défense, je vais souvent à la première séance l’après-midi en semaine, et il m’arrive d’être seule. Quand il y dix personnes, je trouve que c’est la foule !

Comme je ne lâche pas facilement l’affaire, je suis tout de même restée pendant une demi-heure environ, en espérant que cela allait s'arranger. Et bien non, c’était de pire en pire.

Alors je me suis levée et j'ai purement et simplement quitté la salle et le cinéma, pour la première fois de ma vie.

Et je l’ai refait plusieurs fois depuis d’ailleurs.

Bon, ce qui serait bien c’est que je le « sache » au moment du choix du film, ça m’éviterait le déplacement ! ça va venir, je le sais !

Pour ces séances de cinéma, j'ai écouté mon ressenti, et je me suis respectée. Rester jusqu'au bout parce que j'ai payé ma place, alors que j'avais le sentiment de perdre mon temps, aurait été ridicule.

Une autre fois, j’assistais à une conférence d’un confrère, dont le thème était très parlant, mais dans les 5 premières minutes aussi, j’ai compris que ce n’était pas pour moi. Et bien que je sois désolée pour lui (j’imagine ce que je ressentirais à sa place !) je suis partie.

D’ailleurs, j’ai créé un mouvement bien involontaire, plus de la moitié de l’assistance m’a suivie ! Oups.

Donc, comme je le disais plus haut, j’ai assez souvent un sentiment ou une idée qui s'impose à moi, sans que je sache d'où ça vient. Mais j'ai la nette impression de savoir.

Et je ne suis pas la seule à le dire :

La seule chose qui ait vraiment de la valeur, c’est l’intuition.

Et pour vous, comment cela se manifeste-t-il ?

Apprenez à porter attention à vos ressentis, à ces moments où vous avez le sentiment de « savoir », et vous vous en porterez bien mieux.

Et si vous avez envie de partager vos « expériences » avec moi, j'en serais ravie !

Je sais déjà que nous allons reparler de tout cela ! C'est mon intuition qui me le dit !