AMOUR DE SOI ET COMPASSION

On entend beaucoup parler de confiance en soi et d’estime de soi. Les livres, programmes en ligne et séminaires sur ce sujet se multiplient. J’ai moi-même proposé à une époque un atelier « la confiance en soi au bout des doigts », qui a connu un certain succès.

Mais après réflexion, je me suis rendu compte que le « problème » n’était pas là. Il se situe à un autre niveau, plus profond. Ce n’est pas d’un déficit de confiance en nous même que nous souffrons, c’est d’un manque d’amour de soi, qui s’exprime timidement par un manque de confiance et d’estime de soi.

Alors j’ai un peu creusé cette idée, et en suivant mon inspiration, j’ai écrit ce qui suit, que j’ai intitulé Manifeste de l’amour de soi.

Un manifeste est une déclaration écrite et publique par laquelle une personne publique ou physique, une organisation politique ou un courant artistique expose un programme d'action ou une position.

Alors aujourd’hui, j’exprime ma position sur ce sujet et je la rends publique par l’intermédiaire de ce blogpost.

Et s’il n’y avait rien qui cloche chez nous ?

S’il n’y avait rien qui cloche dans notre façon d’être, dans ce que nous faisons et dans la façon dont nous nous comportons ? Même lorsque nous faisons des choses que les autres qualifient de stupide et que nous leur donnons raison ?

Et si c’était juste une façon de voir les choses ? Et si c’était juste notre façon de voir le monde, à nous et nous seuls ? Et si nous pouvions changer de perspective et de ce fait changer notre réalité ?

Et si nous faisions toujours du mieux que nous pouvons à chaque moment, même si ce « mieux » n’apparaît pas tel quel au moment même ?

Et si tout était parfait à chaque moment, même, et surtout, quand nous ne le voyons pas ? Et s’il y avait toujours quelque chose de bon pour nous dans ce qui arrive, mais que nous ne le voyions pas sur le moment ?

Et si personne n’avait jamais rien fait contre nous ? Et si tout ce que les autres faisaient était juste pour eux ? S’ils cherchaient juste à se protéger, ou à se rassurer, et que pour ce faire ils n’avaient pas trouvé d’autre moyen que de nous traiter mal ou nous négliger ?

Et si même quand les événements ou les gens semblent être contre nous, quand ça ressemble à un manque de respect, ça n’avait rien à voir avec ça ?

Et si chacun de nous faisait du mieux qu’il peut à tout moment y compris nous-mêmes ?

Et si nous étions parfaits comme nous sommes, mais nous ne le savons pas parce qu’on nous a toujours dit le contraire ? Parce qu’on nous a toujours dit ce qui n’allait pas chez nous, et ce que nous devrions changer ? Et que nous avons cru que c’était vrai ?

Et si nous pouvions voir les choses d’une façon différente ?

Et si tout n’était qu’une question de choix, un choix conscient que nous referions encore et encore pour arrêter de croire aux mensonges qu’on nous a servi depuis si longtemps ?

Et si en fait il n’y avait rien à changer et que nous étions bien comme nous sommes ? Et si nous pouvions nous aimer là où nous en sommes, aujourd'hui et maintenant ?

Et si c'était cela qui nous permettait d'avancer pour nous reconnecter à cette meilleure version de nous-mêmes qui est quelque part en nous, et qui attend juste que nous nous souvenions d’elle pour revenir à la surface ?

Pour cela, il faut que nous nous aimions suffisamment pour revenir à cette version de nous-mêmes, et ne pas nous critiquer et nous blâmer de ne pas être à la hauteur des attentes que les autres ont mis sur nous.

On ne peut rien créer de positif avec du négatif. Nous ne nous pouvons pas nous détester, nous critiquer, nous juger, en espérant qu’un jour tout va basculer et nous nous aimerons enfin. Cela ne sert qu’à créer plus de souffrance et de sentiments de ne pas être à la hauteur.

L’amour de soi est la clé. Savoir que nous sommes « assez bien » est ce dont nous avons besoin.

Nous devons nous concentrer sur ce que nous faisons de bien, et capitaliser la dessus, et ne pas faire porter tous nos efforts à essayer d’améliorer ce que nous faisons pas si bien. Focalisons-nous sur ce que nous avons, appliquons-nous à devenir encore meilleur à ce que nous faisons de bien, c’est là que sont nos dons et talents.

C’est pour cela que nous sommes venus au monde. Nous ne sommes pas venus sur cette planète, dans cette vie, pour être moyen en tout. Nous sommes venus pour donner le meilleur de ce que nous savons bien faire.

Nettoyons tout ce qui nous empêche d’être nous-mêmes. Libérons-nous de la façon de penser de l’inconscient collectif qui nous enferme et nous entrave, en nous disant ce que nous devons dire, faire et penser

Revenons à qui nous sommes vraiment. Arrêtons de penser que nous devrions être quelqu’un d’autre. Nous sommes parfaits comme nous sommes, il n’y a rien à changer. Ne soyons plus timides ou effrayés. Partons de là ou nous sommes pour retrouver la meilleure version de nous-mêmes, mais sans pression.

Nous sommes là où nous devons être, et ce qui arrive, arrive pour nous, pour nous aider à grandir et à progresser.

Qui nous sommes, suffit, et le monde nous attend.

Et si nous nous aimons vraiment nous-mêmes, nous pourrons aimer les autres davantage.

Comment pourriez-vous donner quelque chose qui n’est pas en vous ? Si vous ne vous aimez pas vous-même, comment pourriez-vous vraiment aimer les autres ?

Si nous ne nous aimons pas nous-mêmes, nous chercherons l’amour à l’extérieur de nous. Et nous ne serons jamais capables de trouver cet amour que nous recherchons, même si nous sommes entourés de gens qui nous aiment, nous ne pourrons jamais combler ce vide, il ne peut être rempli que de l’intérieur.

Si nous nous aimons suffisamment, nous avons alors de l’amour à donner en pagaille autour de nous, mais ça commence toujours avec NOUS !

Lorsque nous nous aimons vraiment nous-même, nous ne laissons pas les autres nous traiter mal, ou se comporter mal avec nous

Et nous ne leur cherchons pas d’excuse. Nous ne disons pas : « c’est okay, ce n’est pas grave, ils ne pensaient pas vraiment » ou « ils étaient préoccupés » ou encore « ils étaient fâchés après quelqu’un » ou enfin « ils ont une mauvaise journée ».

Non. Ça n’est jamais OK. Et c’est toujours grave.

D’ailleurs c’est amusant (ou pas !!!) pourquoi disons-nous toujours ce n’est pas grave ? C’est bien parce que ça l’est et nous voulons atténuer l’impact pour les autres et pour nous, non ?

Souvenez-vous, notre inconscient ne comprend pas la négation, et se focalise sur ce que nous nions par la négation. Donc il entend « c’est grave » ! C’est bête hein ?

Pour en revenir à ce q« qu’ils »nous ont dit ou fait, je veux bien admettre que ce n’est pas comme cela « qu’ils » voulaient le dire, ou « qu’ils » ne pensaient pas que vous le prendriez comme cela, ou je ne sais pas quoi encore…

Mais toujours est-il « qu’ils » l’ont dit et la balle est dans notre camp.

Si nous laissons passer sans réagir, comme nous avons toujours fait, pour ne pas faire de vague, pour ne pas rajouter d’huile sur le feu, ou parce que ça n’en vaut pas la peine (j’en ai encore des tas comme cela, je vous fais grâce de la suite !), nous avons juste appris aux autres comment ils pouvaient se comporter avec vous, et ils recommenceront, puisque c’est »okay »

La bonne nouvelle, c’est que si nous l’avons créé, nous pouvons le « décréer » pour recréer quelque chose de différent.

Et lorsque nous nous aimons suffisamment nous-mêmes nous pouvons dire des choses comme « ce n’est pas acceptable », et « je refuse d’être traité(e) comme çela ! »

Lorsque nous nous aimons suffisamment nous-mêmes, nous pouvons faire face aux gens qui se comportent mal et leur dire: « je comprends, tu vis des moments difficiles, mais ne t’en prends pas à moi, je n’y suis pour rien. Je suis là pour t’aider si tu le souhaites. Je suis prêt(e) à t’à écouter et à faire tout ce qu’il faut pour t’aider. Mais je ne suis pas là pour être ton paillasson. Je ne te laisserais pas t’essuyer les pieds dans mon dos parce que tu es fâché(e) parce que quelqu’un d’autre t’a dit ou fait quelque chose qui te fais mal. Je ne mérite pas ça. »

Lorsque nous nous aimons suffisamment nous-mêmes nous sommes capables de nous poser des questions comme :

• Dans cette situation, que ferait une personne qui s’aime vraiment ?

• Comment agirait une personne qui s’aime vraiment dans sa vie de tous les jours ?

• Comment une personne qui s’aime vraiment sait-elle se respecter quand les autres ne le font pas ?

• Vous pouvez rajouter votre question....

Alors, si vous en avez envie, je vous invite à répéter avec moi l’engagement suivant :

Aujourd’hui, je déclare solennellement que je m’aime sincèrement, totalement et complètement. Je ne permets plus que l’on me maltraite. Je dis ce que j’ai à dire aussi vite que je le peux. Je me respecte moi-même suffisamment pour quitter des situations et les personnes qui ne me conviennent plus. Je suis quelqu’un de bien et je mérite ce qu’il y a de mieux dans la vie.

Vous pouvez aussi l’écrire, dater et signer. Et le relire régulièrement pour voir où vous en êtes.

Et bien sur vous pouvez changer les mots pour qu’ils vous correspondent totalement.

On refait le point dans 3 mois ?