Les raisons que nous donnons à notre procrastination sont plus des effets que des causes : « je n’ai pas envie, c’est barbant, cela ne me plait pas, etc. ». Les vraies raisons sont plus subtiles.

Pour ma part, en fonction des contextes, j’ai expérimenté les quatre raisons exposées ci-dessous. Avec une petite préférence pour la dernière, qui a longtemps été la principale. J’aurais sans doute l’occasion d’en reparler !

On dit qu’on ne se refait pas, je ne suis pas d’accord. Quand on a compris d’où cela venait, et le prix que l’on payait, on peut changer ce qui ne nous sert pas.

Passons en revue ces mystérieuses raisons :

Raison n°1 : le projet n’est pas prêt.
  • Quand votre supérieur vous confie un projet ou un dossier, il s’attend à ce que vous le fassiez, même si vous  avez le sentiment que ce n’est le bon moment. Vous allez devoir vous forcer, et travailler sans inspiration. Le résultat risque de ne pas être satisfaisant, et cela va être difficile pour vous, mais ne pas le faire pourrait vous mettre dans l'embarras, voire en danger par rapport à votre poste.
  • Si vous êtes indépendant, et que vous avez une idée de nouveau produit ou service, et que vous n’arrivez pas à vous y mettre, il vaut mieux attendre que cela mûrisse plutôt que de faire à la va-vite quelque chose qui ne sera pas satisfaisant.
  • Parfois, il est préférable d’attendre un peu, si c’est possible.

Raison N° 2 : la peur de l’échec.
  • Nous utilisons la procrastination comme une protection, car nous ne voulons pas échouer. Si vous ne nous présentez pas à un examen, vous ne pourrez pas le rater. Si vous ne réécrivez pas votre CV, personne ne pourra le critiquer. Si vous ne terminez pas un travail, votre chef ne pourra pas vous dire qu’il est mal fait. Il y aura d’autres conséquences à tout cela, mais sur le moment, vous n’y pensez pas.
  • Une «sous-raison » de la procrastination est donc le perfectionnisme : vous pensez que tout doit être absolument parfait. Et comme vous pensez que ce n’est pas possible, vous trouvez toutes les bonnes raisons de ne pas travailler sur le dossier ou le projet en question. Ou bien vous n’arrivez jamais à terminer, car il y a toujours des modifications ou des ajustements à faire…
  • Quelles pourraient être les conséquences négatives pour vous si vous terminiez ce projet ? Par exemple :
    • On va se moquer de moi si j’échoue.
    • On va me critiquer ou me juger.
    • Je n’aimerais pas le résultat final / Ils n’aimeront pas le résultat final
    • Je ne serais pas à la hauteur.
    • Etc.
Raison n°3 : la peur de la réussite.
  • Voilà une raison qui semble tout à fait absurde, les gens veulent réussir ce qu’ils entreprennent, non ? Certes, mais alors pourquoi procrastiner ?
  • Pourrait-il y avoir des inconvénients à réussir ? De quoi l’atteinte de l’objectif vous priverait elle ? A quoi devriez-vous renoncer ? Qu’est-ce que cela vous obligerait à faire que vous ne voulez pas faire ? 
  • Une fois qu'elle sera atteinte, pourrez-vous maintenir cette réussite ? Ou bien devrez-vous tellement travailler que vous ne ferez rien d’autre, et vous n’aurez plus de temps pour les gens et les activités que vous aimez ?
Raison N° 4 : la rébellion contre l’autorité.
  • Beaucoup d’entre nous se sont sentis contrôlés depuis leur plus tendre enfance, par leurs parents, leurs instituteurs, leurs professeurs, puis leurs patrons ou leurs clients qui leur disent ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire. 
  • D’où, pour certains, l’envie de se rebeller contre les (nouvelles) figures d’autorité, et contre les dates limites, qui les enferment et les piègent.
Et vous, qu’est-ce qui vous fait remettre à plus tard ? Une, deux, trois ou les quatre raisons ?